Derniers commentaires

Merci beaucoup pour vos conseils ...

01/06/2016 @ 21:00:50
par BOISSIER Geneviève


Bonjour, svp modérez vos propos. Des phrases comme ...

16/01/2015 @ 10:43:55
par Alphonse


Avant de me faire opérer d ...

08/12/2014 @ 10:26:51
par Patou


Moi j'ai voulu prendre conseil au^pres ...

21/07/2012 @ 23:19:03
par REVEIL DIFFICILE


Je voulais te dire de ne ...

21/07/2012 @ 23:07:38
par REVEIL DIFFICILE


Calendrier

Juillet 2016
LunMarMerJeuVenSamDim
 << < > >>
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Annonce

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteur: 1

rss Syndication

Archives

Liens

 
04 Avr 2013 

principes des addictions psychiatriques


Principes des addictions psychiatriques
...11. Les médecins qui prescrivent des interventions biopsychiatriques ont en général une estimation irréaliste des risques et des bénéfices du traitement.
Les interventions biopsychiatriques sont fondées sur le principe du “désemparement et déni iatrogènes” (iatrogenic helplessness and denial, IHAD). Il se réfère au mécanisme qui fait que le patient perd, par la façon dont le traitement est appliqué et par l’effet chimique ou neurologique du traitement, toute capacité d’évaluation de ses réactions, du handicap créé par le traitement, et des assertions du médecin. « Le psychiatre biologique utilise des techniques connues d’autorité et impose des traitements destructeurs du SNC pour obtenir un désarroi et une dépendance accrus du patient. »
La IHAD implique le déni de la part et du médecin et de la part du patient des dommages créés par le traitement, tout autant que des réels troubles psychologiques et contextuels présents. La IHAD rend compte de la fréquence avec laquelle les traitements par techniques destructrices du cerveau sont utilisés en psychiatrie: électrochocs, psychochirurgie, et médication toxique. Le fait que le traitement détruit des fonctions cérébrales amène la soumission du patient par le biais de la perte de fonctions essentielles telles que la vitalité, la volonté et le raisonnement. Le déni vise non seulement la destruction des fonctions essentielles chez le patient, mais aussi le fait que ses problèmes psychologiques continuent. Ce déni est assorti de confabulation [procédé commun à toutes les addictions avec produit. [le déni est un procédé de défense archaïque (stade oral-anal)]]....

Les médicaments utilisés en psychiatrie nous font plus de mal que de bien
Les symptômes de sevrage sont souvent diagnostiquée à tort comme un retour de la maladie ou le début d'une nouvelle, pour lesquelles les médicaments sont alors prescrits. Au fil du temps, cela conduit à une augmentation du nombre d'utilisateurs de toxicomanes, à long terme

Mythe 1: Votre maladie est causée par un déséquilibre chimique dans le cerveau
C'est ce qui est dit a la plupart des patiens, mais c'est complètement faux. Nous n'avons aucune idée de ce qui interaction des conditions psychosociales, les processus biochimiques, les récepteurs et des voies nerveuses qui conduisent à des troubles mentaux et les théories que les patients atteints de dépression n'ont pas la sérotonine et que les patients atteints de schizophrénie ont trop de dopamine ont longtemps été réfuté. La vérité est tout le contraire. Il n’y a pas déséquilibre chimique pour commencer, mais quand traiter la maladie mentale avec des médicaments, nous créons un déséquilibre chimique, une condition artificielle que le cerveau tente de contrer.

"Le but du système public de santé mentale est de créer une classe énorme de malades mentaux chroniques en les forçant à prendre des médicaments inefficaces, mais extrêmement dangereux ."

principes de la médecine moderne
Des effets secondaires connus sont traitées comme si elles sont de nouvelles maladies et des médicaments supplémentaires sont prescrits pour traiter les effets secondaires au lieu d’essayer de les prévenir.
Admin · 7651 vues · Laisser un commentaire
30 Aoû 2013 

sevrage des antidépresseurs

Un petit résumé : Ne JAMAIS stopper ces drogues brusquement ! Ne pas faire de sevrage avec des prises un jour sur deux ou trois (pour les victimes dépendantes). Comme tous les sevrages des drogues légales ou illégales, les sevrages aux antidépresseurs doivent être effectués très très lentement. Les diminutions ne doivent pas dépasser 10% de la dose en cours, voir 5% par palier de 15 jours à 3 semaines environ pour les personnes dépendantes. Ces diminutions peuvent encore êtres moindres en cas de difficultés ou en fin de sevrage. Les conditionnements en gouttes sont recommandés. Un arrêt maladie doit être accordé par le médecin pour toute la duré du sevrage et post sevrage si la victime en fait la demande (sinon : changer de médecin !). Bien que l'aide d'un médecin soit nécessaire, il ne faut jamais faire confiance à un médecin en matière de sevrage, pas plus qu'en matière de prescription.



nouveau département sevrage des antidépresseurs sur le forum privé d'entraide au sevrage :
Admin · 2034 vues · 2 commentaires
30 Aoû 2013 

sevrage des antidépresseurs

le guide du sevrage du déroxat / paxil / séroxat (anglais) / sauvegarde du site détruit
Darcy Baston
Assurez-vous que vous disposez d’au moins 7 jours consécutifs ou vous vous sentez très bien avant de réduire à nouveau le médicament. Si cela vous oblige à réduire les médicaments tous les 21 jours…
Les conseils de deroxat secret
professeur david Healy
david Healy
Les réactions au sevrage des antidépresseurs qui stimulent la sérotonine
Dégressivité très, très, très lentement, au fil des mois (et pour les utilisateurs à long terme un an ou plus), et pas seulement semaines…
pour toutes les drogues psychiatriques
David Healy

Coming off psychiatric drugs (anglais)
Se sortir des drogues psychiatriques

le sevrage des antidépresseurs
Certains médecins suggèrent de passer à Prozac pour se rétrécissant. La raison est que le Prozac est un médicament à action prolongée et , par conséquent, se prête à un cône «lisse». Certains médecins utiliseront une pharmacie compoundage pour travailler avec votre médicament actuel. Certains médecins préfèrent prescrire des comprimés pour diminuer les doses. D' autres encore permettre au patient de titration de l' eau ou couper les pilules, et ainsi de suite.

30 Aoû 2013 

la titration

La titration ne doit pas être utilisée avec les médicaments LP (liberation prolongée) et comprimés gastro-résistant . Dans ce cas on doit compter les billes à l'interieur de la gélule.

Guide de la méthode de sevrage par titration
La méthode est la même pour toutes les drogues psychiatriques.

Alors que certaines personnes ont de légers effets secondaires à l'arrêt de la drogue, d'autres auront d'horribles effets secondaires d'un peu baisser la dose
30 Aoû 2013 

Quelques victimes parlent de sevrage sur leurs blogs ou sites

Toute personne sujette à un syndrôme de sevrage est en droit de poursuivre en justice le médecin prescripteur, le pharmacien, le laboratoire pharmaceutique et les médecins conseils de la sécurité sociale qui controle tout cela (uniquement avec l'aide d'un expert médical spécialisé en empoisonnement qui reconnaisse les dégats biologiques très graves qu'engendre les antidépresseurs). Pour la France, je recommande d'éviter l'association aaavam.

Bob Fiddaman victime du déroxat / séroxat
blogs créés pour prévenir ou détecter un crime

effexor
effeoxr activist
 
Ceci est mon histoire de dire au revoir aux antidépresseurs
 
Cymbalta Avertissements

Le sevrage ne doit jamais être fait brutalement, si votre médecin vous dit le contraire, vous devez vous trouver un nouveau médecin IMMEDIATEMENT !
30 Aoû 2013 

Les médecins recommandés

France : 0
Dr Peter Breggin a été actif à titre d'expert médical dans les pratiques déloyales et s'adapte responsabilité des produits, ainsi que les affaires criminelles dans lesquelles des médicaments psychiatriques ou psychoactive...

professeur Healy david
Ce site explore les menaces à la sécurité publique et la liberté académique qui entourent le groupe de médicaments ISRS - Prozac, Zoloft (Lustral), Paxil (Déroxat /Seroxat / Aropax).
 
international coalition for drug awareness
 
Dr Lucire a fourni des rapports et des compétences en affaires dans toutes les juridictions et dans de nombreux domaines qui ont une interface avec la loi.
 
Cambridge, Massachusetts
30 Aoû 2013 

Les pétitions internationales et les témoignages

Signez ces pétitions SVP, avec des commentaires en français. Merci

pétition pour l'interdiction du déroxat / séroxat / paxil
Nous exigeons que GlaxoSmithKline le fabricant, distributeur et négociant de la drogue déroxat /Paxil procéde comme suit: Émettre immédiatement un rappel de sécurité des médicaments dans le monde entier pour Paxil en cessant simultanément la production de Paxil, et d'initier un retrait progressif de la drogue du marché avec une réserve: que la société commence la production / distribution de comprimés Paxil en 1/4, 1/2, 1 et 5 doses milligramme de manière à donner aux patients dépendant (ie accro à) Paxil et qui essaient de diminuer progressivement le médicament "les outils" d'optimiser nécessaire leurs chances de succès.

pétition déroxat / séroxat / paxil
Nous exigeons que GlaxoSmithKline, le fabricant, distributeur et agent de commercialisation de la drogue déroxat / Paxil procéde comme suit :
Elle délivre immédiatement un rappel de sécurité du médicament dans le monde entier pour déroxat/séroxat/Paxil tout en cessant la production du Paxil et amorcer un retrait progressif de la drogue sur le marché

pétition internationale déroxat / paxil
Plus de 10 000 signatures et témoignages
 
plus de 21500 signatures et témoignages
 
 
La pétition a été partielement piratée
 
Signez cette pétition au moins par solidarité svp, merci.

accusations criminelles contre GlaxoSmith Kline
30 Aoû 2013 

La durée des symptômes de sevrage après l'arrêt total des antidépresseurs

les IRS sont de puissants inhibiteurs de l’isoenzyme CYP 2D6 du cytochrome P450 qui métabolise de nombreux médicaments.
 

Ce syndrôme ne touche que de 10 à 20% des victimes environ (sauf sevrage brutal)

Cette durée varie selon les victimes, leurs vitesses de métabolisation et de la manière dont a été conduit le sevrage (le sevrage brutal ou trop rapide favorise l'apparition d'un syndrôme prolongé de sevrage (plus de trois ans)). Cette durée est toutefois le plus fréquement de plusieurs mois après l'arrêt total pour les victimes qui sont devenues dépendantes. Contraiement a ce qu'affirment les médecins, ce ne sont pas les retours de symptômes, mais bien des symptômes de sevrage de la drogue.
Admin · 2362 vues · 1 commentaire
30 Aoû 2013 

Livres

comment utiliser et cesser d'utiliser en toute sécurité les antidépresseurs
 
Guide du sevrage des antidépresseurs, la dépendance et la «toxicomanie» (cette méthode est cependant beaucoup trop rapide)
 
Pourquoi et comment arrêter les drogues psychiatries

dont un chapitre sur le sevrage

Coming Off Psychiatric Drugs
Se sortir des drogues psychiatriques : la réussite du sevrage des neuroleptiques, antidépresseurs, lithium, de la carbamazépine et des tranquillisants

coming off traquillizers and antidepressants
professeur malcolm Lader

psychiatric drug withdrawal
professeur Breggin

Les livres sur les antidépresseurs en anglais
liste
30 Aoû 2013 

La drogue, la défonce, les antidepresseurs

"ce que les usagers ne savent pas c'est que l'abus de médicaments sur ordonnance peut être plus dangereux que l’abus de drogues fabriquées illicitement." M. Emafo Président de l’OICS.
professeur Healy david : La dépendance et les symtômes de sevrage à l'égard des antidépresseurs a été reconnue depuis le début des années 1960.

«effets similaires de la fluoxétine à ceux de la cocaïne sur la sérotonine»
Joseph Glenmullen, un psychiatre américain, souligne que ce n’est guère surprenant, en raison des «effets similaires de la fluoxétine à ceux de la cocaïne sur la sérotonine».
 
L'effet des antidépresseurs peut se rapprocher de celui de l'ecstasy qui provoque le relâchement de grandes quantités de sérotonine aux terminaisons nerveuses des neurones
 
La cocaïne agit en bloquant la recapture de certains neurotransmetteurs comme la dopamine, la noradrénaline et la sérotonine.
 
En d'autres termes, aucune caractéristique chimique ne peut distinguer entre un psychotrope appelé " drogue " et un autre appelé " médicament "par le professeur david Cohen
 
"ce que les usagers ne savent pas c'est que l'abus de médicaments sur ordonnance peut être plus dangereux que l’abus de drogues fabriquées illicitement." M. Emafo Président de l’OICS.
 
Dépresseurs, antidépresseurs, hallucinogènes, stimulants, neuroleptiques...
 
Les drogues légales
30 Aoû 2013 

justice, sevrage et antidépresseurs

Action / Protestations / juridique
 
Déroxat :depuis son introduction à la population en 1993, 390 millions de dollars aurait été versé pour régler les poursuites concernant les suicides ou tentatives de suicide qui serait lié au Paxil

Pourquoi vos médecins et pharmaciens devraient être en prison.

Toute personne sujette à un syndrôme de sevrage est en droit de poursuivre en justice le médecin prescripteur, le pharmacien, le laboratoire pharmaceutique et les médecins conseils de la sécurité sociale qui controle tout cela. (Cependant il est impératif d'avoir un médecin expert de son coté) Pour un empoisonnement le médecin expert devrait être un pharmacobiologue .Pour la France, je recommande d'éviter l'association aaavam.
30 Aoû 2013 

liens

procès, conseils,sevrage...prozac, norset, deroxat, effexor, paxil, cymbalta...Corruptions et fraudes
 
Apprendre tout sur le sevrage de tous les antidépresseurs: inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonineISRS et inhibiteurs de la recapture de la sérotonine-noradrénaline (SNRI) ...
 
La dépendance et les symtômes de sevrage à l'égard des antidépresseurs a été reconnue depuis le début des années 1960.
 
Liens d'informations sur effexor
 
"Le doute n'est plus de mise. Les antidépresseurs les plus prescrits ne sont guère plus efficaces qu'un placebo"
 
La rapidité de métabolisation des médicaments varie selon les personnes.
 
"Il est plus difficile de sevrer les personnes des benzodiazépines que de l'héroïne"
 
"COMMENT EMPECHER VOTRE DOCTEUR DE VOUS TUER"
 
La dépression provoquée par le médecin
 
« La personne qui a le plus de probabilité de vous tuer n'est pas un parent ou un ami ou un agresseur ou un cambrioleur ou un conducteur ivre. La personne qui risque le plus probablement de vous tuer est votre docteur."
 
La phobie sociale créée par le médecin
 
La fibromyalgie provoquée par les médecins.
 
antidépresseurs, anxiolitiques, somnifères.
30 Aoû 2013 

antidépresseurs : liste

Anafranil (clomipramine) Aventyl (nortriptyline) Citalopram / Seropram /Celexa / Citrol/ Recital / Cipramil (citalopram hydrobromide) Cymbalta(duloxetine) Defanyl / Asendin (amoxapine) Deroxat / Seroxat / Paxil (paroxetine HCl) Desyrel (trazodone HCl) Escitalopram / Seroplex /Cipralex / Sipralex / Lexapro (escitalopram hydrobromide) Effexor (venlafaxine HCl) Déprényl / Emsam (selegiline) Divarius / Pexeva (paroxetine mesylate) Fluvoxamine / Floxyfral / Luvox / Faverin(fluvoxamine maleate) Laroxyl / Elavil (amitriptyline) Limbitrol (chlordiazepoxide/ amitriptyline) Ludiomil (maprotiline) Marplan(isocarboxazid) Nardil (phenelzine sulfate) Norset / Remeron (mirtazapine) Pamelor (nortriptyline) Parnate (tranylcypromine sulfate)Pertofran / Norpramin (desipramine HCl) Prozac (fluoxetine HCl) Sarafem (fluoxetine HCl) Seroquel (neuroleptique) (quetiapine) Serzone (nefazodone HCl) Sinequan (doxepine) Surmontil (trimipramine) Symbyax (olanzapine/ fluoxetine) Tofranil (imipramine) Tofr...
30 Aoû 2013 

Le témoignage de Gwen Olsen sur l'industrie médicaMENTEUSE


Fraude scientifique! Gwen Olsen balance le morceau par Wakeup-


Le site de gwen Olsen

Confession d'une visiteuse médicale
30 Aoû 2013 

Ne jamais jamais utiliser de jus de pamplemousse

30 Aoû 2013 

témoignage sevrage déroxat

Bonjour,
 
J'ai bientôt 30 ans et je prends des AD depuis.... 15 ans !
Je suis en cours de sevrage (je suis à un demi cachet de DEROXAT par jour, sachant que, il y a qques années, je prenais 9 cachets par jour).

Je veux arrêter, et ceci à n'importe quel prix, car une prof de sciences samnitaires et soclales a dit que "les AD, c'est exactement aussi condamnable que la cocaïne, l'héroÏne ou le LSD.... il n'y a aucune différence, juste que c légal... il ne faut jamais en prendre, C'EST JUSTE UNE QUESTION DE VOLONTE.. ceux qui en prennent sont des personnes qui s'écoutent de trop, ne veulent pas souffrir et n'ont aucun courage de se prendre en charge" !!
Les médocs, c la solution de facilité, de la drogue
Cependant, je n'ose arrêter maintenant totalement, car je suis d'une humeur de chien depuis le début de mon sevrage, et je n'arrive pas à prendre sur moi, bien que pourtant j'essaye :  
- J'engueule tout le monde, sans raison apparente et au point de faire pleurer mes parents !
- J'ai récemment perdu un ami pour l'avoir engueulé au téléphone pendant une demi-heure sans raison et avoir fini par.... lui raccrocher au nez !
- Je ne dors jamais plus de 3 ou 4 heures d'affiliées, et c'est crevant à la fin, même si, alors que je suis une marmotte, je ne ressens pas le besoin de sommeil !
- J'ai à nouveau envie de mourir, mais je pense vraiment qu'il est moins grave que je me suicide et me retrouve au cimetière à mon âge, que de prendre cela toute ma vie !
- A la suite d'un retard de train d'une heure, j'ai perdu mon sang-froid : je  me suis cognée à une bonne dizaine de reprise la tête contre les parois du train, dit que je voulais mourir, mordu les mains à différrentes reprises (heureusement que je n'ai pas été jusqu'au sang : je ne garderai pas de cicatrice), traiter les fonctionnaires de la SNCF de tous les noms, et menacer de frapper ceux qui ont essayé de m'aider !

QU'EN PENSEZ-VOUS ???
30 Aoû 2013 

urgence sevrage antidépresseurs en cas de syndrôme aïgu

texte en traduction google :
CE POSTE EST POUR LES PERSONNES QUI ON ETE CONTACTEES  pour aider quelqu'un dans un SEVRAGE DES ANTIDÉPRESSEURS .

La personne qui vous appelle, a besoin d'aide réelle. Ils ne font rien de tout cela en place. La misère est d'autant vers réel. Quand les gens sont dans cet état, ils ne peuvent souvent pas penser normalement. Demandez-leur s'ils ont des pensées bizarres. Si elles ont des pensées de suicide, de violence ou bien elles n'ont pas de sens, vous devez prendre ceci très au sérieux. Ne les laissez pas seuls. Vous pourriez appeler une autre personne pour la sauvegarder. C'est très rare, mais les gens en sevrage peuvent devenir violentes. C'est peu probable mais il est possible qu'il y ait nécessité d'appeler le 15 !

Les bonnes nouvelles sont si ce sevrage est effexor, votre bien-aimé sera de retour à la normale dans les heures suivant la prise du médicament au cours de laquelle ont été dernier symptôme. Mai il faut compter 24 heures pour les autres antidépresseurs.

Soyez certain que la personne a pris la dose à laquelle ils ont été dernier libre de tout symptôme, mais pas plus. Pour est beaucoup plus toxique. Ne lui ou elle permettez pas de boire de l'alcool.
Si vous avez affaire à une situation d'urgence Assurez-vous que les médecins comprennent que c'est un SEVRAGE aux ANTIDÉPRESSEURS.  Si vous avez affaire à une lecture d'arrêt d'urgence NOW!

Assurez-vous qu'il ou elle boit de l'eau. Si elles sont aux malades, en suçant des morceaux de glace peuvent vous aider. Un bain chaud, musique douce, la nourriture de confort, de la télévision (à moins que la vision est effectuée). toutes ces choses peuvent vous aider. Ne soyez pas surpris si elles sont grincheux ou whiney.

Pour voir une liste des effets de sevrage aller à

et faites défiler vers le bas.

Vous avez besoin de s'instruire FAST. Vous devez savoir sur la folie, les suicides, les colères, la psychose et la violence de ces médicaments peuvent causer. Bien que ces effets soient rares, ils sont tous réel. Avec l'SSNRIs ces effets peuvent se produire avec une seule dose manquante ! Plusieurs tragédies auraient pu être évités si les médecins et les compagnies pharmaceutiques avaient seulement donné un avertissement suffisant. Si vous connaissez d'bipolaire dans la famille prendre soin d'appoint. Quiconque connaît l'un des symptômes suivants ne devraient pas être laissés seuls ou avec des enfants ! Pensées qui défilent, entendre des voix, hallucinations, agitation, impulsivité, agressivité, confusion, les pensées de l'automutilation ou de nuire à autrui, ou toute réflexion bizarre, colère, sautes d'humeur intenses, incontrôlables crises de larmes ou tout autre signe de la manie ! Obtenir des soins médicaux immédiats. Assurez-vous que les médecins à comprendre que ce n'est qu'un sevrage aux ANTIDÉPRESSEUR.
Imprimez ces pages pour prendre avec vous.

Ne soyez pas choqué si les médecins ne sont pas éduqués à ce sujet. Un certain nombre horrifiant ne sont pas ou si elles essaient de vous dire que vous ne savez pas de quoi vous parlez. Trop nombreux médecins pensent qu'ils savent tout ce qu'il ya à savoir. Mais le fait est que de nombreuses personnes sont lésés par des médecins mal éduqués.



Si le médecin ne sait pas comment l'aider, vous pourriez avoir besoin d'en trouver un qui le peuvent. Cela peut attendre demain si nécessaire.

Practitioner Professional Base de données nationale pour aider à la résiliation d'un ISRS ou SNRI

En 1999, une étude menée par Adrian Preda, MD; Rebecca W. MacLean, MD; Carolyn M. Mazure, Ph.D., et Malcolm B. Bowers, Jr., MD a constaté que 8,1% des admissions dans les hôpitaux psychiatriques étaient attribuables à antidépresseur associé Mania et Psychose (J Clin Psychiatry 2001; 62:30-33). Le nombre est plus élevé aujourd'hui parce que le nombre de personnes qui prennent des antidépresseurs a augmenté de manière significative.

Le Royal College of General Practitioners rapports que l'industrie pharmaceutique encourage la prescription de médicaments inutilement coûteux et insiste trop sur les dangers des conditions douces telles que: dépression anxieuse, doux, légèrement la pression artérielle, l'hypercholestérolémie et l'ostéoporose. Les médecins reçoivent désormais la quasi-totalité de l'information sur les médicaments les fabricants de médicaments. La plupart des médecins n'ont aucune idée de l'industrie est devenue corrompue .

Si vous avez le temps Nous recommandons "La solution d'antidépresseur» par Joseph Glenmullen MD Prenez ce livre chez le médecin si cela est possible.
(Nous n'avons aucun lien avec le Dr Glenmullen) S'il vous plaît continuer à prochain post.

Certaines personnes nous ont dit que ce n'est plus de réagir. Nous pensons que si vous allez à ce site, vous allez comprendre pourquoi nous sommes (dans la plupart des cas plus) avec soin. Quand on a vu quelqu'un Wile deviennent psychotiques en retrait, elle laisse une impression durable.
www.ssristories.com

Note: Les informations de ce site n'est pas un substitut pour le diagnostic et le traitement par un qualifié, professionnel certifié.
Les fabricants de médicaments soutiennent que les antidépresseurs ne provoquent pas «d'accoutumance», mais omettent de mentionner que tous les antidépresseurs peuvent provoquer des symptômes de sevrage. Souvent, les gens ne réalisent pas que le sevrage est à l'origine de leurs symptômes. 

Revenir à la dernière dose au cours de laquelle la personne était libre de tout symptôme et puis une diminution progressive de la dose (connu aussi sous dégressifs) permettra d'alléger les symptômes pour la plupart des gens. (Pour certaines personnes, la diminution de la dose doit être en quantités infimes sur une longue période de temps. Chaque personne réagit différemment. Beaucoup de gens ont besoin pour réduire la taille de la Capsul ou de la pilule.) Voir

CAPSULS peut être pris séparément, les comprimés peuvent être coupés en place, mais c'est une vraie douleur dans le dos et il est difficile d'obtenir la dose juste bien.
30 Aoû 2013 

les symptômes de sevrage aux antidépresseurs

effexor pour les activistes


ANTIDÉPRESSEUR les symptômes de sevrage.

1. Crises de larmes
2. Aggravation humeur
3. Faible énergie (fatigue, léthargie, malaise)
4. Problèmes de concentration
5. L'insomnie ou de troubles du sommeil
6. Changement dans l'appétit
7. Pensées suicidaires
8. Les tentatives de suicide
9. Anxieux, nerveux, tendu
10. Attaques de panique (coeur de course, le souffle)
11. Douleur thoracique
12. Tremblements, nervosité, ou à secousses
13. Irritabilité
14. Agitation (agitation, hyperactivité)
15. Impulsivité
16. Agressivité
17. Self-dommage
18. Homicides pensées ou engage
19. Confusion ou des difficultés cognitives
20. Des problèmes de mémoire ou l'oubli
21. Élévation de l'humeur (sentiment de hauteur)
22. Sautes d'humeur
23. Manie-comme réactions
24. Hallucinations auditives
25. Hallucinations visuelles
26. Feeling individuelle ou irréel
27. Excessive ou intense rêver
28. Nightmares
29. Symptomes pseudo-grippaux maux et douleurs
30. Fever
31. Sweats
32. Frissons
33. Écoulement nasal
34. Sore yeux
35. Nausées
36. Vomissements
37. Diarrhée
38. Les douleurs abdominales ou des crampes
39. ballonnements
40. Disequilibrium
41. en se balançant, légère
42. Hung au cours d'eau ou de sentiment
43. Unsteady démarche, le manque de coordination
44. Motion de maladie
45. Maux de tête
46. Tremor
47. Engourdissement, sensation de brûlure, de picotement ou
48. Zap-électrique comme sensations dans le cerveau
49. Electric shock-like sensations in the body Choc électrique comme sensations dans le corps
50. Abnormal sensations visuelles
51. Sonnerie ou d'autres bruits dans les oreilles
52. Anormal odeurs et de goûts
53. Baver ou excessive de salive
54. Troubles de l'élocution
55. Vision brouillée
56. Crampes musculaires, raideur, twitches
57. Sensation de jambes sans repos
58. Incontrôlable tics de la bouche

30 Aoû 2013 

diminution des doses

30 Aoû 2013 

Comment se sortir des drogues psychiatriques

30 Aoû 2013 

Guide du sevrage des drogues psychiatriques pour débutants

Si vous voulez vous sevrer complètement des médicaments ou simplement réduire au minimum ce que vous prenez, la première chose que je vous recommande est le document écrit par Joanna Moncrieff.Elle se réfère principalement au sevrage des neuroleptiques, mais cela peut  s’appliquer à la  plupart des médications psychiatriques. Ce texte peut faire  peur à ceux qui souhaitent se sevrer de la drogue, mais je pense qu’il est important que les gens comprennent qu’il y a, en effet, de véritables dangers et des risques associés au sevrage de la drogue. Notamment pour les sevrages précipités ou les sevrages sans soutiens appropriés.
Deuxièmement, je vous renvoie, une fois de plus, à Pierre Breggin et au livre « Votre drogue est votre problème :  pourquoi et comment cesser de prendre des médicaments psychiatriques ». Pour plus d’informations sur la toxicité des médicaments et des solutions de remplacement, lire également de Breggins  « Toxic Psychiatry : Pourquoi la thérapie, l’empathie et l’amour doivent remplacer les drogues, électrochocs et biochimiques théories de la «nouvelle psychiatrie. » Je n’ai pas beaucouplu David Healy, mais il offre de nombreuses idées et plus particulièrement dans la lutte contre les antidépresseurs et les problèmes liés à la capture et le sevrage de cette classe de médicaments.Son site web est ici.Ces personnes sont des professionnels ayant de l’expérience et l’expertise en la matière. Ces livres sont utiles et importants.Toutefois, de par mon expérience  après avoir lu certains ouvrages et en connaître  un peu sur les autres, je pense qu’ils ne vont pas assez loin sur deux points.   Ces livres ne parlent pas des régimes et de l’alimentation, et ils omettent de souligner à quel point le palier de réduction de dosage doit être lente pour de nombreuses personnes. Breggin dans un cas, va même jusqu’à dire que les gens qui ont été durant de nombreuses années, sous neuroleptiques pourraient devoir attendre jusqu’à deux mois entre les paliers de baisse de dosage de neuroleptic/antidépresseur. C’est toutefois mentionné une seule fois et brièvement.  Selon mon expérience avec de nombreuses personnes sous ces types de médication, il est nécessaire et prudent de laisser un certains laps de temps entre les baisses de dosage. Il ya des gens avec qui j’ai eu des contacts, qui ont récupéré aprés un sevrage brutal, mais il y a beaucoup de danger dans cette tentative et le potentiel de « syndromes prolongés de sevrage » a long terme ou complète rechute est très élevé.Le plus grand succès des gens peut prendre des mois et, dans certains cas, pour les personnes à fortes doses, de multiples médicaments et à long terme, peut prendre des années. Je suis actuellement au milieu d’une phase de retrait (de diminution de dosage) qui dure depuis plusieurs années. J’y suis depuis 3 ans (les deux premières je n’avais aucune idée de ce que je faisais). Depuis les 8 derniers mois je me suis très bien informé et j’ai réalisé qu’il se peut que cela prenne encore 3 ans si je le gère correctement La patience est la clé.C’est quelque chose que j’ai besoin de développer car mon incapacité à avoir les moyens de patience, m’a fait subir les conséquences d’un sevrage trop rapide, et j’ai eu besoin d’augmenter temporairement la dose après mes souffrances et terribles symptômes de sevrage une fois pendant deux mois avant d’arriver à mes fins.Il n’y a pas de raison de souffrir beaucoup, bien qu’on puisse s’attendre à passer par une multitude de symptômes désagréables. Breggin suggère ce que l’on appelle la règle de 10%.Tout médicament ne doit pas être réduit plus que de 10% à la fois.Une fois qu’une phase de diminution de dosage est completée (finie), le palier de baisse suivant ne doit pas dépasser 10% de la nouvelle dose.Par conséquent, le milligramme, puis fraction de milligramme montant diminue à chaque nouvelle dose.J’ai observé que je dois parfois diminuer sur d’encore plus petites quantités.Pour aussi peu que 5% et, parfois, les gens vont aussi peu que 2,5% pour les personnes sur les benzodiazépines, il n’est pas rare de réduire sur de plus petites quantités.Couper les pilules ne suffit pas toujours. Parfois la titration avec des liquides est nécessaire.Cette façon implique la dissolution de la pilule pour de plus petites doses dans l’eau, le soda ou même l’alcool, qui peut ensuite être dilué avec de l’eau, puis en utilisant une seringue pour réduire 1mg à la fois. Les médicaments existent aussi parfois sous forme liquide et peuvent être obtenue par la prescription .
Il convient de noter que certains médicaments ne doivent pas être dissous. Surtout les médicaments à liberation prolongés.Ce serait extrêmement dangereux.
L’exercice peut être une partie importante du sevrage, mais doit généralement être limité à la marche douce ou la natation peut-être. Un exercice vigoureux peut, peut-être davantage stimuler le retrait et exacerber les symptômes.Ma propre expérience avec le fait de faire de l’exercice/du sport est qu’avant de drastiquement diminuer les doses, à l’époque quand je prenait de longue pause, je faisais de vigoureuses randonnées une à deux fois par semaine, additionné avec des exercices vigoureux équivalents de gym. À la suite de mon retrait des médications, je suis maintenant trop épuisé et fatigué pour pouvoir faire plus d’une heure de marche en douceur à la fois.Souvent, je ne peux même pas faire cela.J’ai perdu 40 des 80 livres, que j’ai  secondaires des médicaments.J’ai gagné 20 lbs en arrière.J’ai maintenant une stabilisé acquise avec les effets ce poids parce que je mange bien et continue les exercices doux.J’ai appris qu’il est important de mettre de côté mon désir de perdre du poids jusqu’à ce que le retrait soit terminé.Bien manger est si important que diminuer le nombre de calories absorbée ne doit pas être considéré, sauf si c’est dans le contexte de continuer à manger suffisamment d’aliments sains qui implique souvent de manger souvent pour s’assurer de conserver le bon niveau de sucre dans le sang, ce qui typiquement est un problème chez les gens qui sont en phase de diminution (de retrait) de leur médication. Comment ai-je géré mon processus de retrait jusqu’à présent?Une fois que j’ai appris qu’il fallait généralement diminuer de moins de 10% et avoir un moment d’attente d’au moins une semaine entre chaque diminution (cela peut être trop rapide pour beaucoup de gens … J’ai eu de l’aide supplémentaire de neurofeedback) et jusqu’à deux mois.Dans un cas, après de terribles souffrances relatives au  sevrage trop rapide du Risperdal, J’ai augmenté la dose légèrement l’ai stabilisé et ensuite je suis passé à diminuer le Lamictal par palier. (J’étais à 400 mg de Lamictal, deux fois la dose thérapeutique recommandée et n’ai jamais connu aucune amélioration. J’ai l’intention d’au moins descendre à 200 mg) neuroleptiques (dans ce cas, Risperdal) modifier la chimie du cerveau et la fonction de sorte que j’ai décidé de faire une pause pour que mon cerveau se remette de ce qui a été une énorme réduction de la drogue.(11 mg à 1 1 / 2 mg) Les symptômes que j’ai rencontrés lors du sevrage  ont été d’abord et avant tout été l’épuisement terrible et la fatigue.Cela a été sans relâche.Actuellement, j’ai presque l’impression que je prends plus de médicaments plutôt que moins.J’ai également connu quelques insomnies et pire, quand je diminue le Risperdal trop rapidement une extrême agitation, insomnie, et mal au  cou, aux épaules et maux de dos.Ces symptômes ont disparu eux-mêmes une fois que j’ai augmenté la dose.Troubles d’humeur et l’irritabilité générale n’ont pas été inhabituels. Les problèmes liés aux changements d’humeur sont limités à des fluctuations normales entre état normal et état dépressif. Pour ce qui est de la dépression, j’ai beaucoup de choses qui arrivent dans ma vie, et plus particulièrement mon frère qui est en train de mourir du cancer, donc je ne peux pas être sûr à quel point cela ne soit pas la cause principale de la dépression. J’ai aussi connu une légère périodes intermittentes de dé-personnalisation et de dé-réalisation de courte durée. J’ai aussi un petit travail qui m’a extrêmement occupé en janvier et février et de la logistique, les appels téléphoniques et les documents source d’origine extrême d’ agitation et d’ anxiété.La part de travail que j’apprécie le mieux. Ce  qui a été clair au cours de cette période toutefois, c’est que je n’ai pas eu quelque chose qui ressemble à la rechute. Et enfin, je dois ajouter encore une fois, que mon alimentation et la nutrition ont été extrêmement importantes.Je n’ai pas pu continuer à me sevrer avant de faire des changements dans mon alimentation.Je m’en tiens au régime religieusement prenant très occasionnellement une bouchée de quelque chose qui me manqué. En fin de compte, toutefois, est que je n’ai pas vraiment manqué de rien ? Je suis heureux de donner à mon corps ce dont il a besoin pour guérir.Il est vraiment difficile de ne pas modifier votre alimentation une fois que vous en avez compris les bienfaits et l’aide au sevrage. la plupart du temps la pensée de manger de la nourriture qui me “manque” n’est pas attirante..Pour obtenir des conseils sur l’alimentation et la nutrition voir ces deux liens avant: ici et ici.(défilement vers le haut de la page une fois que vous cliquez sur le lien) Maintenant, pour conclure, je tiens à souligner que j’ai beaucoup appris de mon sevrage incomplet.Ma connaissance s’est améliorée de façon spectaculaire.Même il y six mois, je pouvais à peine écrire une phrase cohérente.Je suis loin d’être en mesure d’écrire avec l’agilité que j’avais à l’université et j’espère que mon cerveau va continuer a s’éclaircir.Ma compréhension de la lecture s’est améliorée de façon spectaculaire aussi, même si j’ai encore des problèmes en me concentrant sur des travaux plus denses et plus scientifiques. Mon espoir est que ces capacités continueront à s’améliorer.Il y a de bonnes raisons de penser qu’ils le feront. Après tout je prends encore beaucoup de medicaments.
Admin · 1089 vues · Laisser un commentaire
30 Aoû 2013 

comptage des billes effexor pour sevrage

30 Aoû 2013 

justice pour les victimes des benzodiazépines, somnifères et psychotropes !

30 Aoû 2013 

forums, mise en garde

Mise en garde contre les forums doctissimo, comment ça marche, atoute, futura-sciences...Ces forums sont quasi totalement a la solde des médecins et des labos et ne sont présent que pour faire la promotion des drogues psychiatriques et autres traitements. Quasi toute opposition y est censurée immédiatement ou a postériori. Ce sont des forums de propagande ou le mensonge est de mise, Leurs devises devraitent être "empoisonner plus pour gagner plus" ! Ils sont a éviter absolument !! .
30 Aoû 2013 

Réactions de sevrage aux médicaments psychiatriques

Traduction libre du chapitre 9 du livre Your drug may be your problem
de Peter Breggin, M.D., et David Cohen, Ph.D.

«Withdrawal reactions from psychiatric drugs»
(Réactions de sevrage aux médicaments psychiatriques)

 

Réactions de sevrage des médicaments psychiatriques Au chapitre 4, nous avons discuté des effets indésirables qui peuvent se produire lors de la prise de médicaments psychiatriques. Le présent chapitre passe en revue les effets indésirables qui peuvent se développer en cours de sevrage. Prenez garde à l'usage illicite             Ce livre s'adresse aux personnes qui ont éprouvé des problèmes au cours de la prise ou du sevrage de médicaments psychiatriques prescrits par des médecins selon les normes généralement acceptées pour leur usage clinique.             D'un autre côté, vous éprouvez peut-être de graves difficultés provoquées par l'usage de stimulants, de sédatifs ou d'analgésiques  - en grande quantité ou combinés - ou avec de l'alcool. Vous pouvez avoir commencé cet usage à partir d'une prescription médicale de routine, mais vous en prenez maintenant une plus grande quantité et vous sentez que vous êtes incapable de contrôler les effets cumulatifs. De même, si vous avez obtenu des médicaments psychiatriques illégalement ou de plusieurs médecins, vous souffrez peut-être d'un sérieux problème de dépendance. Si vous reniflez, injectez ou aspirez ces drogues, vous vous exposez à des dangers extrêmes.             Peu importe les circonstances, vous avez peut-être besoin d'aide professionnelle immédiate, qui peut comprendre une désintoxication ou un séjour dans un centre de réadaptation pour toxicomanie.             Ce livre porte, lui, sur les problèmes associés à l'usage ordinaire et au sevrage de médicaments psychiatriques prescrits régulièrement par les médecins. Votre médecin l'ignore peut-être…             Tous les médicaments psychiatriques peuvent produire des réactions désagréables et troublantes au moment du sevrage ou de l'arrêt. Pour certains remèdes qui existent depuis des décennies, particulièrement les benzodiazépines, les réactions au sevrage sont bien décrites dans la littérature médicale. Les médecins ont tendance à être au fait de ces réactions. Toutefois, ils ignorent trop souvent les problèmes de sevrage associés à plusieurs autres médicaments psychiatriques qu'ils prescrivent de façon routinière.             Les stimulants, tels que le Ritalin, l'Adderall et le Déxedrine, ont largement été utilisés depuis des décennies. Toutefois, plusieurs médecins ne sont pas au courant des fortes réactions de sevrage de ces médicaments. Il en va de même pour des remèdes plus récemment introduits sur le marché. Les antidépresseurs ISRS, tels que le Prozac, le Zoloft et le Paxil, impliquent souvent un sevrage pénible; toutefois, plusieurs médecins semblent peu au courant.             Ce qui nous apparaît plus troublant est le fait que même si les médecins connaissent les dangers des problèmes de sevrage de ces médicaments, ils s'abstiennent souvent d'en faire part à leurs patients. Parfois, ils se sentent trop bousculés par le temps pour informer leurs patients de ces dangers. À d'autres occasions, ils oublient tout simplement. Ou encore, ils sont préoccupés par le fait que des patients se plaindront des effets secondaires que le médecin mentionne ou dont ils ont entendu parler. À d'autres moments, les médecins ont tout simplement peur de décourager leurs patients de prendre leur médication. Toutefois, l'éthique médicale et une pratique sensée exigent que les médecins avisent leurs patients des problèmes de sevrage. Il n'y a pas d'excuses légitimes pour ne pas le faire.    Une fois la lecture de ce livre terminée, vous serez plus au fait que votre médecin des problèmes de sevrage. Si vous planifiez de cesser ou de diminuer la dose d'un médicament psychiatrique, vous voudrez peut-être partager ce livre avec votre médecin.

Quand s'agit-il d’une réaction au sevrage ?

            Les réactions au sevrage peuvent être difficiles à reconnaître. Par exemple, prenons le cas de George qui depuis deux nuits a cessé de prendre le Klonopin (clonazépam) qu'on lui a prescrit pour l'aider à dormir. C'est la première fois depuis plusieurs mois qu'il tente de s'endormir sans son «somnifère». Depuis qu'il a cessé le Klonopin, George a plus que jamais des problèmes à s'endormir. Il est demeuré éveillé pendant des heures à s'inquiéter de ce qui lui arriverait s'il s'avérait impossible pour lui de s'endormir sans médicaments.             George éprouve fort probablement une réaction au sevrage du Klonopin. Pendant plusieurs mois, son cerveau a livré une bataille contre les effets du médicament que George prenait quotidiennement. Ce processus a eu comme résultat une stimulation réactive ou compensatoire accrue du cerveau. Maintenant que la prise du médicament a cessé, le cerveau trop stimulé de George a pris le dessus et maintient George dans un état d'éveil. Étant donné que son insomnie est pire qu'avant sa prise du Klonopin, sa réaction au sevrage peut être appelée un «rebond» - une aggravation des symptômes originaux.             Ou encore, George pourrait souffrir d'une crainte psychologique d'abandonner son médicament. S'il n'avait pas tellement peur de vivre sans son médicament, il n'aurait peut-être pas autant de problème à trouver le sommeil. Ayant pris l'habitude de prendre du Klonopin, il peut peut-être éprouver de la peur de s'en passer. Cette réaction au sevrage serait décrite comme étant provoquée psychologiquement, au contraire des effets physiques du sevrage qui nous préoccupent davantage. Dans de telles circonstances, George aurait besoin d'être rassuré par son médecin qu'il pourra éventuellement retrouver le sommeil sans médicament.             George pourrait aussi souffrir de sa première insomnie. En effet, pendant des années, il a eu tendance à s'inquiéter la nuit. En l'absence d'un sommeil induit par la médication, son inquiétude est peut-être réapparue. Cette situation pourrait être décrite comme une «rechute» - un retour au problème original éprouvé avant la médication. Le counselling ou la psychothérapie pourrait venir en aide à George dans le traitement de cet aspect de son insomnie.             Étant donné que le Klonopin et les autres types de somnifères provoquent normalement des problèmes de sevrage, nous ne nous trompons vraisemblablement pas en précisant qu'il s'agit, dans le cas de George, d'un diagnostic de réactions de sevrage. S'il retourne éventuellement à un sommeil plus normal dans quelques jours ou quelques semaines, le diagnostic serait confirmé. Tel que mentionné, il est souvent difficile de distinguer les réactions de sevrage d’autres problèmes tels que le retour du symptôme original. Toutefois, il est habituellement plus sage de présumer que le sevrage physique joue un rôle et qu'une diminution lente et graduelle serait préférable.             Il faut considérer la possibilité que vous faite une réaction de sevrage si vous commencez à éprouver des réactions émotives ou physiques dans les heures, les jours ou les semaines suivant une diminution ou un arrêt de la médication. La même chose est vraie si vous éprouvez ces réactions entre les doses. Les médicaments à demi-vie courte sont particulièrement susceptibles de provoquer des réactions au sevrage entre les doses. C’est le cas de tous les stimulants, des somnifères Ambien et Halcion et du tranquillisant benzodiazépine Xanax.             Vous pouvez aussi être en train d'avoir une réaction de sevrage si la réaction est contraire à l'effet du médicament. Par exemple, si vous éprouvez une grande fatigue et sentez que vous vous «écrasez» quelques heures après avoir pris un stimulant - ou encore si vous vous sentez agité et même «high» quelques heures après avoir pris un tranquillisant - il pourrait s'agir de sevrage. Déni des réactions de sevrage             Pour plusieurs raisons, notre connaissance des problèmes liés au sevrage n'est pas si avancée qu'elle devrait l’être. Premièrement, ces problèmes sont très complexes. Comme dans le cas de George, il peut être difficile de distinguer les facteurs psychologiques des facteurs physiques. Ou encore, il peut s'avérer difficile de déterminer si les problèmes comprennent un sevrage physique ou un retour des problèmes originaux de l'individu. De plus, les réactions de sevrage à un même médicament varient d'une personne à l'autre. Par exemple, George peut se sentir nerveux et avoir des problèmes à trouver le sommeil pour quelques jours après l'arrêt du Klonopin, alors que Gina pourrait, elle, entendre une sonnerie dans ses oreilles ou se sentir en déséquilibre.             Comme nous l'avons mentionné, les médecins sont souvent réticents à admettre que le sevrage constitue un problème grave. Bien plus, lorsqu'ils sont témoins de réactions de sevrage, ils les rapportent rarement aux agences appropriées. Par exemple, des réactions probables au sevrage d'antidépresseurs tels que le Paxil et le Zoloft sont très communes, se produisant chez 30 % des patients. Toutefois, le nombre de rapports de tous les effets secondaires des antidépresseurs envoyés au Food and Drug Adminsitration (FDA) varient entre 2 et 300 par million de prescriptions.             Encore plus important peut-être est le fait que presque la plupart des recherches sur les médicaments sont financées et contrôlées par les compagnies pharmaceutiques. Ces corporations dont la visée est le profit ont tendance à être réticentes à identifier des problèmes, liés au sevrage, qui pourraient décourager les gens de faire usage de leur produits. La recherche sur les médicaments, l'éducation médicale et la pratique clinique sont donc plusieurs facteurs qui entrent en jeu pour nous empêcher de développer nos connaissances sur le sevrage des médicaments psychiatriques. Conséquemment, il n'existe pas de tradition significative ni d’ensemble de connaissances en psychiatrie pour mettre l'accent sur les réactions de sevrage des médicements. On a tendance à mettre davantage l’accent sur la façon de commencer et de maintenir l'usage des médicaments, plutôt que sur la façon d’en cesser la consommation.             Lorsque vous lui parlez des problèmes liés à l'arrêt de votre médicament psychiatrique, ou à la diminution des doses, gardez en tête que votre médecin peut ne pas en connaître long sur ce sujet et pourrait même en nier de façon irrationnelle l’existence. Par exemple, les antidépresseurs plus anciens appelés communément tricycliques ont été sur le marché depuis plus de 40 ans et les réactions à leur sevrage maintes fois documentées. Toutefois, les médecins semblent souvent ignorer complètement l'existence de ces réactions. Un sondage récent a été effectué auprès de psychiatres et d’omnipraticiens afin de vérifier leur connaissance au sujet des réactions au sevrage des antidépresseurs. Les auteurs ont conclu qu'une « minorité importante d'omnipraticiens niaient être suffisamment au courant de l'existence des symptômes de sevrage des antidépresseurs ». Cela veut dire que dans la pratique clinique routinière au moins « une minorité importante » de médecins ne fait aucune tentative pour diagnostiquer les réactions de sevrage ou les distinguer d'autres symptômes.             Votre médecin pourrait aussi attribuer par erreur vos réactions au sevrage à un retour de votre «maladie mentale». Plus particulièrement, si vous avez tenté sans succès de vous sevrer à deux ou trois reprises, votre médecin pourrait essayer de vous convaincre que vous souffrez d'une «maladie chronique» qui requiert la prise de médicaments tout au cours de votre vie. Ironiquement, plus longtemps vous consommez le médicament, plus probablement vous n’aurez pas une réaction simplement légère lorsque vous tenterez de vous en défaire. Votre médecin qui l'ignore et même vous aussi y verrez peut-être un signe que «vous avez vraiment besoin» de ce médicament. En réalité, c'est de l'aide dont vous avez besoin pour vous en sevrer graduellement.

Définir la dépendance physique     

            Si un médicament provoque des effets de sevrage déplaisants, certains usagers en deviendront inévitablement physiquement dépendants. En effet, cette conclusion est inhérente à la définition de dépendance physique. Selon le World Task Force, un groupe de travail qui s'est penché sur les sédatifs hypnotiques, «la dépendance physique se définit comme l'apparition de symptômes spécifiques lorsque la médication est brusquement interrompue». Le service de glossaire pharmacologique en ligne de l'Université de Boston affirme que la dépendance «se caractérise par la nécessité de maintenir la prise de médicament afin d'éviter l'apparition de symptômes de sevrage incommodants ou dangereux». Et un rapport récent publié dans le New England Journal of Medicine le confirme : «L'utilisation du terme "dépendance physique" implique qu'un syndrome de sevrage se produira après l'arrêt d'un remède psychiatrique.»             Sur la base de ces définitions, nous pouvons en plus conclure que tous les médicaments psychiatriques sont des médicaments de dépendance. Cela inclut des médicaments comme le lithium qui ne sont pas communément reconnus comme provoquant des symptômes de sevrage. L'apparition de symptômes de sevrage définit la dépendance en ce sens que les usagers éprouveront de l'inconfort lorsqu'ils cessent de prendre le médicament et seront soulagés lorsqu'ils recommencent à le prendre. Conséquemment à l'expérience de l'inconfort, certains usagers «choisiront» de continuer de prendre le médicament simplement pour éviter la détresse accompagnant le sevrage prolongé. Tel que déjà mentionné, les usagers peuvent confondre le symptôme de sevrage avec la «maladie mentale» et décider qu'ils ont «besoin» du médicament.             L'existence de réactions déplaisantes donne une image négative à un médicament. Pour des raisons économiques et politiques, les compagnies pharmaceutiques, les agences gouvernementales, les chercheurs et les médecins ont tendance à minimiser, ignorer ou nier l'information au sujet des effets de sevrage d'un remède populaire et ce, même après que des preuves convaincantes soient devenues disponibles. Cette résistance et ce déni ont été documentés par le passé, notamment dans le cas des benzodiazépines, des barbituriques, des stimulants et même des opiacés. Pourtant, ces mêmes médicaments sont aujourd'hui tenus pour des «addictifs classiques».             Un déni similaire de la nature, de l'étendue et des implications des réactions au sevrage existe aussi envers des antidépresseurs populaires tels que le Paxil, le Zoloft, le Prozac et d'autres. Ironiquement, ces médicaments n'ont jamais été testés pour leur potentiel de dépendance et sont devenues populaires en partie parce qu'ils ont été offerts en remplacement d'anciens antidépresseurs et des benzodiazépines - des médicaments psychiatriques reconnus pour leurs problèmes de sevrage. Les réactions de sevrage peuvent entraîner «une détresse significative»             Le manuel officiel de diagnostics psychiatriques, 4ème édition, le DSM-IV, inclut une catégorie diagnostique intitulée «Sevrage des substances », décrite comme étant « le développement d’un changement comportemental spécifique aux substances avec concomitants physiologiques et cognitifs dus à la cessation ou la diminution de l’usage intenfif ou prolongé de substances ». Sur la page suivante, le DSM-IV met l’accent sur l’inconfort du sevrage, soulignant que le « syndrome cause une détresse significative ou une détérioration des domaines social, occupationnel ou autres ».             Cette définition semble décrire le sevrage de substances illicites ou illégales. Néanmoins, la plupart des médicaments psychiatriques prescrits et approuvés incluent un « usage prolongé ». Tel que documenté plus loin dans ce chapitre, les réactions au sevrage qui peuvent causer une  détresse grave et de longue durée et une détérioration ont été spécifiées pour toutes les catégories de médicaments psychiatriques. Toutefois, le DSM-IV « reconnaît  » de telles réactions pour seulement deux catégories de médicaments psychiatriques actuellement utilisés: les stimulants et les tranquillisants. « Sevrage »  ou  « Arrêt »             Pendant des années, les auteurs de la littérature médicale ont utilisé en alternance les termes du syndrome de l’arrêt, du sevrage et de l’abstinence. De plus en plus dans les discussions sur les médicaments psychiatriques, le terme accepté est l’arrêt (discontinuation). Selon certains experts, ce terme est moins stigmatisant. Nous avons lu dans un éditorial récent du British Medical Journal que « la croyance populaire commune selon laquelle les antidépresseurs créent une dépendance contribue probablement au sous-traitement significatif de la maladie dépressive. Il est important de ne pas adopter cette croyance par inattention – une raison supplémentaire qui fait que « réaction d’arrêt » est un terme plus approprié que « réaction de sevrage ».             Mais il s’agit de propos ambigus. Au lieu de fournir des preuves pour aborder la peur, justifiée, que les antidépresseurs peuvent produire la dépendance, les experts conseillent vivement de donner à ce phénomène inquiétant une autre appellation! Nous, au contraire, nous suggérons qu’une vraie tentative soit faite pour répondre à deux questions importantes : Est-ce que les effets de « l’arrêt » ou du « sevrage » amènent les gens à poursuivre leur médication indéfiniment? Et est-ce que par erreur ces effets convainquent les médecins que les patients « ont besoin » de leurs médicaments?             Il n’y a pas si longtemps, des raisonnements similaires amenaient les médecins à croire que le traitement à long terme aux tranquillisants était « efficace ». Depuis le début de l’usage des benzodiazépines, en 1963, l’existence de la dépendance physique chez les patients prenant des doses cliniques de benzodiazépines a été fermement établie. Toutefois, pas plus de 15 ans plus tard, un expert de renom conclut que « le risque de dépendance  avec les benzodiazépines est .. probablement inférieur à un cas par 50 millions de mois d’usage thérapeutique ». Conséquemment à un tel déni, des millions de personnes en devinrent dépendantes.

            La suite de ce chapitre fournit une revue de l’information médicale au sujet des réactions au sevrage de médicaments psychiatriques couramment prescrits, incluant les plus récents sur le marché. Nous discutons aussi des réactions et des syndromes de sevrage  moins connus. La revue suivante est probablement le résumé le plus complet portant sur les réactions au sevrage qui soit disponible actuellement. 

Les réactions au sevrage des benzodiazépines             Les réactions au sevrage des benzodiazépines – les médicements qui constituent la grande partie de la catégorie des tranquillisants mineurs et les somnifères habituellement prescrits – sont extrêmement bien documentées. Pour la plupart des gens qui prennent une faible dose, les symptômes essentiels de sevrage consistent en une augmentation de la tension et de l’anxiété de même qu’en une perturbation motrice et de la perception. Toutefois, les réactions peuvent devenir beaucoup plus graves et mettre la vie en danger.             Les tranquillisants peuvent produire des réactions de sevrage après seulement quelques semaines d’usage. Des études sur le Xanax, par exemple, ont indiqué une augmentation de l’anxiété et de panique au moment de l’arrêt, après seulement huit semaines de consommation. Plus longtemps vous prenez un tranquillisant, plus élevée est la dose et plus le sevrage est interrompu de façon abrupte - plus graves seront vos réactions au sevrage. Les réactions graves ont tendance à être plus fréquentes avec les médicaments à demi-vie courte comme l’Halcion (le triazolam utilisé seulement comme somnifère) et le Xanax (alprazolam). Les produits intermédiaires à demi-vie courte incluent l’Ativan (lorazépam), le Klonopin (clonazépam), le Lectopam (bromazépam), le Restoril (temazépam) et le Serax (oxazepam). Les produits à effet prolongé incluent le Dalmane (flurazépam), le Valium (diazépam), le Tranxene (clorazépate) et le Librium  (chlordiazepoxide). Les benzodiazépines peuvent inverser les réactions au sevrage de l’alcool et des barbituriques. De ce fait, ils produisent un syndrome similaire à celui associé à ces substances.

            Le syndrome de l’arrêt  

            Un rapport du comité de travail de l'American Psychiatric Association (1990) divise le syndrome de l'arrêt des benzodiazépines en trois catégories bien connues:             1) Des réactions de rebond d'anxiété et d'insomnie - les mêmes que celles pour lesquelles le médicament a été prescrit, mais seulement plus graves. Ces symptômes se produisent habituellement un à trois jours après l'arrêt. Pour les produits à demi-vie tels que l'Halcion, le rebond «veut souvent dire un réveil en pleine nuit, avec une incapacité de retour au sommeil sans une deuxième dose de triazolam». Pour certains patients, les symptômes de rebond durent environ une semaine; pour d'autres, ils s'atténuent après deux ou trois semaines. Toutefois, plusieurs personnes qui éprouvent ces réactions n'en viennent pas à bout, puisqu'elles reprennent le médicament afin d'éviter la détresse associée à l'arrêt.             2) Les symptômes de rechute ou de récurrence - le retour du problème original. En effet, étant donné que le traitement pharmacologique cible les symptômes plutôt que les causes de l'anxiété, on peut s'attendre à voir l'anxiété revenir quand on cesse de prendre le médicament. Et étant donné que la récurrence et le rebond apparaîtront probablement en même temps, votre médecin peut trouver difficile de les distinguer l'un de l'autre. Toutefois, les symptômes de récurrence ont tendance à durer plus longtemps que les symptômes de rebond.             3) Les symptômes de sevrage - l'apparition de symptômes qui n'existaient pas avant l'usage des benzodiazépines. Même des réactions relativement modérées de sevrage peuvent inclure des symptômes semblables à la grippe tels que la nausée, les vomissements, des maux de têtes, des douleurs et des raideurs musculaires, la fatigue, les diarrhées, des frissons et des sueurs. L'insomnie, l'anxiété, la tension et un éventail de sensations inhabituelles dans la tête sont aussi très communs. Un syndrome de sevrage en règle peut aussi entraîner des tremblements, une vision brouillée, une tension et une anxiété extrêmes, des attaques aiguës d'anxiété, une sensibilité accrue au son et à la lumière, des troubles graves de sommeil, des problèmes d'équilibre et de coordination, des tics nerveux et des crampes musculaires, des troubles visuels et auditifs tels que des hallucinations ou l'acouphène (bourdonnement dans les oreilles), l'anorexie et la perte de poids et même la psychose, le délire et les convulsions.

            Tel que noté, le sevrage des benzodiazépines (comme le sevrage de l'alcool et des barbituriques) peut provoquer des crises convulsives ou épileptiques. Les adultes et les personnes âgées semblent être particulièrement à risque, mais les crises sont plus probables dans les cas où les doses étaient fortes, des médicaments à demi-vie ont été pris et lorsque l'arrêt est abrupt.

L'implication du médecin dans le sevrage

            Aujourd'hui, les médecins encouragent régulièrement les usagers de longue date de benzodiazépines de se sevrer de ces médicament. Toutefois, plusieurs de ces patients refusent à cause des symptômes de sevrage trop intolérables. Ils demeurent sur les médicaments grâce à des médecins qui renouvellent leurs prescriptions. C’est particulièrement vrai dans le cas des personnes âgées, particulièrement les femmes, à qui on a prescrit ces médicaments avant que les médecins soient plus conscients du potentiel de dépendance.

            L'implication du médecin avant, pendant et après le sevrage est l'un des éléments les plus importants du succès dans les cas où le processus est difficile. Les patients en sevrage de benzodiazépines requièrent un soutien psychologique. Cette intervention peut varier d'un simple geste d'encouragement à des techniques plus formelles de gestion de l'anxiété telles que les exercices de respiration, la méditation et les groupes de soutien; cela peut aussi inclure de la psychothérapie.             Votre médecin peut être plus efficace en utilisant un protocole clair de sevrage au lieu d'un intervention peu structurée et tâtonnante. Il peut être aidant d'avoir en main des informations écrites sur chacune des étapes du sevrage. Bien que certains médecins prescrivent de l'Indéral ou du Tegretol pour minimiser les réactions de sevrage des benzodiazépines, on a n'en a pas encore démontré l'efficacité, sauf peut-être dans des cas d'urgence quand il faut cesser les benzodiazépines rapidement.             La vaste majorité des patients ont un sevrage réussi en externe. Dans la littérature médicale, les recommandations sur le sevrage des benzodiazépines mentionnent quelquefois que les patients hospitalisés peuvent passer à un médicament à demi-vie longue tel que le Valium parce que les symptômes de sevrage sont moins aigus et la dose relativement plus grande peut être divisée plus facilement. D'autres médecins croient au contraire qu'il est mieux de travailler avec le produit auquel le patient est habitué.             Certaines sources médicales suggèrent la méthode de «10 % de réduction par jour » pour les benzodiazépines. Mais nous croyons que cela pose un trop grand risque aux patients. Dans les cas où les médecins estiment qu'il est préférable de réduire rapidement la dose sans hospitaliser le patient, un échéancier de « 10 % par semaine » est plus raisonnable. Des expériences cliniques avec les benzodiazépines suggèrent aussi que l'extension de la période de sevrage ne nuit pas particulièrement après que la dose initiale a été réduite de 50 %. Dans des circonstances ordinaires, toutefois, les patients devraient être admis à partager le contrôle du processus, particulièrement s’il s’agit d'y aller plus lentement.

Les réactions de sevrage des  antidépresseurs   

            Au chapitre 4, nous avons divisé les antidépresseurs en quatre catégories: les tricycliques, les IMAO, les drogues semblables au Prozac qui stimulent la sérotonine et les atypiques. Les symptômes prévisibles de sevrage de la plupart de ces produits sont maintenant bien documentés bien que plusieurs psychiatres et surtout des omnipraticiens les ignorent. Les antidépresseurs tricycliques: les réactions de sevrage             Cesser l'usage d'antidépresseurs tricycliques produit «une variété déconcertante» de symptômes qui affectent de 20 à 80 % des usagers et peuvent durer jusqu'à trois mois. Vous êtes à plus haut risque d'éprouver des réactions de sevrage des tricycliques si vous avez été traité avec des doses élevées pendant plusieurs années et cessez d'en prendre brusquement.             Il existe tellement de symptômes physiques différents qui peuvent apparaître lors du sevrage d'antidépresseurs tricycliques qu'il est préférable  de les diviser en catégories. Les symptômes de sevrage suivants peuvent apparaître seuls ou en combinaison, et à des degrés divers: 1) Dérangement gastrointestinal accompagné de crampes abdominales, vomissements, sécheresse de la bouche, salivation excessive et perte d'appétit. La nausée est un symptôme commun et très dérangeant du sevrage de ces produits. 2) Un sentiment général de détresse physique et mental ou d'inconfort, difficile à définir ou à décrire mais qui ressemble à de l'épuisement ou à la grippe. « Des bizarres de sensations dans la tête » sont rapportées occasionnellement par des individus. 3) Des manifestations émotives, incluant la tension, la nervosité, l'irritabilité, l'anxiété, la panique, la dépersonnalisation, l'apathie, la dépression, les sautes d'humeur et même des manies psychotiques. Après quelques jours de sevrage, certaines personnes développent des épisodes psychotiques en règle avec des pensées rapides, de l'hostilité, un jugement appauvri et des comportements dangereux. Ces psychoses peuvent persister longtemps après l'arrêt du médicament et pourraient ne pas répondre au traitement avec d'autres produits. 4) Un mauvais fonctionnement mental qui inclut communément des troubles de mémoire et dans des cas plus graves, la désorientation et les délires (confusion extrême). 5) Des troubles de sommeil, incluant l'insomnie, des rêves extrêmement impressionnants, des cauchemars, et des difficultés respiratoires pendant le sommeil. 6) Des mouvements anormaux incluant des mouvements incontrôlables de presque tous les muscles du corps (dyskinésie), des spasmes musculaires (dystonie), parkinsonisme (des mouvements lents et rigides) et de l'akathisie (une agitation interne qui contraint une personne à bouger). Les spasmes musculaires peuvent être extrêmement douloureux alors que l'akathisie peut être ressentie comme de la torture.

7 Les arythmies cardiaques peuvent être extrêmement dangereuses. 

            Nous avons vu des cas où les personnes  - après plusieurs années de consommation de ces produits - ont été sevrées sans surmonter pleinement les symptômes. Certaines, par exemple, continuent de souffrir indéfiniment de nausées et de problèmes de mémoire.             Tel que mentionné plus tôt dans le livre, la plupart de ces symptômes - incluant les manies et autres troubles mentaux - peuvent aussi se produire au cours du traitement à cause de la toxicité de l'antidépresseur.

            Les enfants aussi souffrent du sevrage des antidépresseurs tricycliques. Dans le cas d'un enfant de 8 ans, le sevrage abrupt de la tricyclique a provoqué de la nausée grave, des vomissements, des crampes abdominales entraînant l'hospitalisation pour cause de déshydratation. L'irritabilité mentale et des battements cardiaques irréguliers se sont aussi produits chez des enfants de mères qui prenaient des antidépresseurs tricycliques pendant la grossesse.

Les réactions de sevrage des IMAO

            Les problèmes liés à la discontinuation des inhibiteurs de momoamine oxidase (IMAO), des produits comme le Nardil, le Parnate, l'Eldepryl et, au Canada, le Manerix, sont moins documentés que les autres catégories d'antidépresseur, probablement parce qu’ils sont moins souvent utilisées. La proportion de patients qui éprouvent des réactions de sevrage est inconnue à cause d'un manque d'études systématiques. Ce que nous savons toutefois, c’est que si vous arrêtez les IMAO, les réactions de sevrage peuvent durer de « quelques jours à quelques mois ».             Certains cliniciens croient que « le sevrage des IMAO n'est habituellement pas un problème sérieux » alors que d'autres maintiennent qu’il « produit des syndromes beaucoup plus graves que ceux provoqués par le sevrage des [tricycliques] ». Une source mentionne « une détérioration cognitive grave et de la catatonie pouvant mener à l'hospitalisation et qui peuvent apparaître au moment de l'arrêt » des IMAO.             D'autres réactions de sevrage incluent l'anxiété, l'agitation, la paranoïa, une élocution rapide, des migraines, une pression sanguine plus basse debout, une faiblesse musculaire, des frissons, des picotements, des sensations de brûlures sous la peau. La manie peut aussi apparaître.             Voici deux compte-rendus de réactions graves au sevrage des IMAO :             Une femme de 34 ans à qui on diminua la dose de Nardil graduellement avait des sensations de brûlure. Elle cessa donc brusquement d'en prendre. Elle devint « hostile, bruyante, agressive, désorientée dans le temps et l'espace…» Elle « criait à des objets imaginaires…. Elle a déliré pendant trois jours après avoir reçu la dernière dose de phénelzine.... Hospitalisée pour seulement 72 heures, elle ne se rétablit pourtant pas pleinement avant six semaines ».

            Dans le cas d'une femme de 21 ans traitée pour boulimie, le Nardil lui fut abruptement enlevé parce qu'elle éprouva des étourdissements graves lorsqu'elle se levait. Conséquemment, « elle avait sommeil, elle passait la plupart de son temps au lit. Elle fut confuse pour trois jours et désorientée pendant quatre jours après la dernière dose.. Elle ne reconnaissait ni sa mère ni sa propre chambre. Elle entra dans un genre de stupeur catatonique et fut hospitalisée ».  

Les réactions au sevrage des antidépresseurs qui stimulent la sérotonine             Cette catégorie de drogues inclut les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) tels que le Prozac, le Zoloft, le Celexa, le Paxil et le Luvox (approuvé par le FDA pour les troubles obsessifs-compulsifs). L'Effexor peut entraîner des réactions semblables à ces produits de même qu'aux antidépresseurs tricycliques.             À la fin de 1996, « parce que les syndromes d'arrêt sont rapportés plus fréquemment dans la littérature », un panel d'experts en psychiatrie commandité par Eli Lilly (le manufacturier de Prozac) s'est rencontré pour discuter des syndromes de sevrage des ISRS. Le panel a constaté que plusieurs des réactions rapportées « sont semblables à celles du sevrage des tricycliques, mais une variété de nouveaux symptômes sont aussi associés à la cessation de la thérapie ISR ». Les nouveaux symptômes incluent « des problèmes d'équilibre, des anormalités sensorielles et un comportement agressif et impulsif possible ».             Le panel a constaté que le syndrome d'arrêt des ISRS inclut un ensemble de symptômes physiques fréquemment rapportés: 1) déséquilibre (par exemple, étourdissement, vertige et ataxie); 2) des symptômes gastrointestinaux (p. ex. nausée, vomissements); 3)des symptômes semblables à la grippe (p. ex. fatigue, léthargie, myalgie, frissons); 4) des troubles sensoriels (p. ex. acouphène, sensations de brûlures, sensations de chocs électriques), et 5) troubles du sommeil (p. ex. insomnie, rêves réalistes).             Le panel a aussi noté deux « symptômes psychologiques majeurs » du sevrage des ISRS - anxiété/agitation, crises de larmes «dramatiques» et irritabilité - de même que de l'hyperactivité, de la dépersonnalisation, des difficultés de concentration ou des pensée plus lentes, mauvaise humeur, confusion, problèmes de mémoires et mouvements anormaux.             Sur la base de cette information recueillie par le panel et des études récentes, nous avons constaté qu'à l'instar du sevrage des tricycliques, il y avait un vaste éventail de symptômes associés au syndrome de sevrage des ISRS. En voici quelques exemples:             Un homme de 32 ans qui cessa de prendre du Prozac après six mois d'usage se réveilla avec des « spasmes musculaires douloureux » et « des mouvements tendus de la langue ». Une femme de 31 ans tenta de cesser de prendre du Luvox lorsqu'elle tomba enceinte mais « fut envahie par de forts sentiments d'agression (elle sentait qu'elle pouvait tuer quelqu'un) ». Cela s'est produit à deux occasions distinctes de tentatives de sevrage. Cette femme fut incapable de cesser de prendre le Luvox.             L'un d'entre nous a rapporté un «crashing» lors du sevrage des ISRS. Une femme décida spontanément de réduire sa dose de Zoloft de 100 mg à 50 par jour. En quelques jours, elle tomba dans un état de « fatigue et d'épuisement, de dépression profonde et dans un désir étrange et compulsif de se suicider ». Tous ces symptômes disparurent rapidement après qu'elle rétablit la dose à 100 mg. Dans une autre publication, nous avons décrit une jeune femme qui devint suicidaire lorsqu'elle cessa de prendre du Prozac.             Dans deux cas impliquant des hommes d'âge moyen, sans historique de problèmes psychiatriques majeurs, le sevrage du Paxil mena à des symptômes graves. Pendant douze jours après un arrêt brusque du médicament, l'un éprouva de l'hypomanie marquée. Le deuxième développa une variété de symptômes physiques, ensuite commença  à exprimer des pensées homicidaires - un état qui dura cinq semaines.             Un rapport décrit trois patientes qui éprouvèrent « des symptômes physiques graves de sevrage » lorsqu'elles arrêtèrent l'Effexor. L'Effexor n'est pas un ISRR, mais comme ce  dernier, il stimule la sérotonine. Ces femmes ne purent arrêter la médication même après des tentatives répétées de diminution graduelle. Ces patientes ont pu finalement cesser de prendre de l'Effexor seulement en lui substituant le Prozac.             Après trois mois de prise de Prozac, une jeune femme tenta sans succès de s'en sevrer à trois reprises. À chaque fois, elle éprouva des étourdissements extrêmes et de l'instabilité. Elle fut examinée par des spécialistes qui commandèrent plusieurs tests, incluant des tests de résonance magnétique (TRM) du cerveau. Les résultats étaient négatifs. Les symptômes étaient soulagés à chaque fois en reprenant du Prozac, mais aucun de ses médecins ne soupçonnèrent des réactions de  sevrage. Un sevrage graduel de 12 semaines a finalement réussi.             Une femme de 32 ans a pris 300 mg d'Effexor quotidiennement pendant huit mois. Elle tenta de s'en sevrer abruptement à trois occasions mais échoua à cause de migraines intolérables, de troubles gastrointestinaux, fatigue et autres symptômes. « Elle demeure sur un régime de venlafaxine [Effexor], 100 mg t.i.d.». Un homme sevré de l'Effexor éprouva « une grave akathisie » (compulsion de bouger). Cet état s'atténua « en quelques heures » après avoir pris une nouvelle dose. Ce n'est que plus tard que l'homme fut graduellement sevré.             Dans un long article sur les difficultés du sevrage d'antidépresseurs et sur un site Web racontant ses appels incessants aux autorités britanniques au sujet de la sécurité des médicaments, le journaliste Charles Medawar résume plusieurs rapports traitant des réactions de sevrage des ISRS et le fait que peu de médecins rapportent  ces réactions, de même que les réponses évasives des agences gouvernementales et des fabricants. Parmi cette cinquantaine de rapports datés de 1988 à 1998, plusieurs notaient des symptômes de sevrage distincts observés chez des nouveau-nés dont les mères prenaient du Prozac, du Paxil ou du Zoloft en cours de grossesse.

            Les réactions de sevrage affectent entre 15 et 80 % des personnes qui cessent les ISRS abruptement. Sur la base d'un estimé conservateur que 50 % des individus souffrent de réactions de sevrage, nous devrions conclure que des centaines de milliers de personnes en sont affectées à chaque année aux États-Unis seulement. La plupart de ces réactions sont faibles ou modérées mais suffisamment troublantes pour que les patients veuillent les éviter. Peu d'estimés valides de réactions graves existent : des taux de 20-30% ont été rapportés lors d'un récent symposium.

            Des réactions au sevrage des ISRS se produisent typiquement un à quatre jours après cessation, bien qu'elles peuvent commencer des semaines plus tard dans le cas de produits à demi-vie longue tels que le Prozac. En moyenne, les réactions peuvent persister pendant une période de sept à 25 jours (de 1 journée à 13 semaines). Jusqu'à maintenant, aucune relation n'a été observée entre la dose et la durée de l'usage, d'une part, et d'autre part, sur les risques des réactions au sevrage.             Les réactions au sevrage des ISRS impliquent plusieurs symptômes physiques et émotionnels, dont l'éventail complet n'a certes pas été décrit. Ils se produisent  à la fois lors d'un arrêt brusque et lors d'un sevrage graduel mais semblent s'atténuer  lors d'un véritable sevrage graduel, qui dure de deux à trois mois. Selon notre estimation toutefois le sevrage abrupt est trop fréquent, qu'il soit sous supervision médicale ou non.             Les réactions au sevrage semblent être plus fréquentes - oui du moins plus aiguës - dans le cas des ISRS à demi-vie courte tels que le Paxil, le Luvox et le Zoloft. Les réactions au sevrage des produits à effet prolongé comme le Prozac semblent apparaître beaucoup plus tard. Elles peuvent n’apparaître que 25 jours après l'arrêt. Parce que les réactions se produisent si tardivement, elles ne sont pas visibles dans les études à court terme; de plus, les patients ont tendance à ne pas attribuer ces réactions à la cessation de la médication.             Comme l'ont souligné Lejoyeux et Adès (1997), « les patients qui sont classés comme étant en rechute lorsqu'ils arrêtent la thérapie pharmacologique peuvent en fait souffrir de symptômes non remarqués de sevrage de la médication ». Tel que déjà mentionné, le panel d'experts d'Eli Lilly a constaté que « des crises de larmes dramatiques sont un symptôme psychologique majeur » du sevrage des ISRS. Il n'est pas étonnant que l'on confonde cette réaction avec une rechute de dépression. On ne sait pas combien de patients sont remis sur des antidépresseurs parce qu'ils souffrent de réactions de sevrage et sont mal diagnostiqués comme étant en rechute de dépression - toutefois, le nombre est sans doute important. Réactions au sevrage aux antidépresseurs atypiques             Les réactions au sevrage des antidépresseurs atypiques sont généralement moins bien documentées qu’aux autres types d'antidépresseurs. Il n’a que peu d'information sur les effets  de sevrage du Ludiomil (maprotiline). Les réactions au sevrage de la Wellbutrin ou du Zyban (bupoprion), la Serzone (nefazodone) sont aussi peu documentées dans la littérature médicale. Un rapport décrit un syndrome de sevrage abrupt de la Sezrone, comme suit: « étourdissements, nausées, vomissements, transpiration, anxiété, insomnie et nervosité » pendant trois jours. Un autre rapport décrit des réactions similaires (qui incluaient aussi des sensations de brûlures sous la peau) après la cessation soudaine du nouvel antidépresseur Remeron.             Les réactions de sevrage de l'Effexor (venlafaxine) ont été discutées dans la section précédente, vu que plusieurs de ses effets sont semblables à ceux des produits de type Prozac qui stimulent la sérotonine. L'Asensin (amxapine), une combinaison de neuroleptiques et d'antidépresseurs tricycliques, partagera avec eux des effets de servage important (semblables à la grippe, de l'agitation, des troubles de mouvements) et les lecteurs devraient consulter la section qui traite de ce sujet.             Plusieurs effets de sevrage ont été documentés pour le Desyrel (trazodone), incluant la manie et l'hypomanie, la nausée et le vomissement récurrent et les hallucinations visuelles. En 36 heures de cessation de la trazodone, un patient a développé un « syndrome d'anxiété envahissante, de dépersonnalisation, d'insomnie et des cauchemars » qui ne s'atténuèrent qu’après cinq jours.             Tel que discuté dans des chapitres précédents, l'absence ou la rareté d’études sur les effets de sevrage de médicaments psychiatriques spécifiques n'indique nullement qu'un produit ne provoquera pas de tels effets. Le lecteur se sevrant d'antidépresseurs atypiques devraient procéder lentement et s'attendre à n'importe quel effet associé aux autres antidépresseurs. Les réactions au sevrage des stimulants             Les stimulants sont souvent utilisés pour contrôler le comportement des enfants. Les amphétamines Aderall, Desoxyn, Dexedrin et Gradumet de même que le Ritalin sont les plus fréquemment prescrits. Le Pemoline (Cylert) est donné aux enfants pour les mêmes raisons. Les stimulants sont aussi prescrits pour les adultes afin de traiter « les troubles d'attention et d'hyperactivité », la narcolepsie, la dépression et l'obésité. D'autres types de stimulants ont été utilisés pour le contrôle du poids, incluant le phentermin (Fastin, Adipex) et le mazindole (Sanorex). Une autre médication de contrôle de poids, le fenfluramine a récemment été retirée du marché au Canada et aux États-Unis parce qu'elle endommage les artères du cœur. La caféine bien sûr est un stimulant doux largement utilisé.

            Le Ritalin et les amphétamines sont très similaires à la cocaïne en termes d'effet sur la chimie et le fonctionnement du cerveau. Bien que l'impact des stimulants sur les neurotransmetteurs de dopamine est habituellement vu comme la cause majeure de l'euphorie ou le «plaisir» qui encourage les gens à continuer l'usage des drogues, des recherches récentes ont aussi mis l'accent sur un autre neurotransmetteur: la sérotonine. La cocaïne et les autres stimulants bloquent les retraits de sérotonine des synapses entre les cellules du cerveau. Étant donné que les antidépresseurs ISRS ont des effets semblables, il n'est pas surprenant que le sevrage des stimulants et des drogues antidépresseurs comme le Prozac en partage plusieurs caractéristiques.

            Décrits dans plusieurs études depuis trois décennies, « le sevrage des stimulants a longtemps été ignoré [par les médecins] pendant des années ». Les cliniciens ont eu tendance à minimiser la gravité du sevrage des stimulants ou à le caractériser comme étant seulement « psychologique ». Parce que le servage des stimulants manque typiquement de certaines des manifestations physiques du sevrage des drogues utilisées de façon classique de manière excessive, comme l'alcool et les opiacés, il est plus facile de les ignorer.             Le «crashing» est l'effet le plus commun du sevrage des stimulants. Au cours de cet état, il est probable que vous vous sentiez perturbé émotivement et que vous manquiez d'énergie et de motivation. Cet état de fatigue et de dépression est le résultat d'une tentative de votre cerveau de surmonter l'état précédent de stimulation artificielle. De même manière, si les stimulants vous entraînent à avoir moins d'appétit, une augmentation marquée de l'appétit et de gain de poids peuvent accompagner le sevrage.             La dépression profonde et l'apathie ne durent habituellement pas plus de trois à dix jours. Toutefois, comme le confirme un manuel de pharmacologie, la dépression et l'apathie peuvent « atteindre des proportions cliniques graves » et « persister pendant des semaines » chez des « individus instables ». Des pensées de découragement et de suicide peuvent accompagner cet « écrasement ». Une phase plus longue de lenteur mentale et physique suit normalement. Paradoxalement, vous pourrez aussi souffrir d'insomnie, d'anxiété et d'irritabilité.             Le DSM-1V spécifie certains critères d'un syndrome de sevrage associé avec le groupe de stimulants qui inclut le Ritalin et la cocaïne. La liste des symptômes inclut: la fatigue, des rêves réalistes et déplaisants, l'insomnie ou le sommeil excessif; l’augmentation de l'appétit, un retard psychomoteur ou de l'agitation.             Des réactions de rebond sont aussi très communes. Dans le cas des amphétamines et du Ritalin, le phénomène de rebond apparaît lorsque les
Admin · 10279 vues · Laisser un commentaire
30 Aoû 2013 

Les forums de victimes

forum d'entraide au sevrage des benzodiazépines
A un département sevrage des antidépresseurs (seul forum en français)

paxil progress
de bons conseils même si ils ne reconnaisent pas le syndrome prolongé de sevrage aux antidépresseurs.

surviving antidépressants
survivre aux antidépresseurs (certaines pages sont en français)

forum d'entraide en anglais

aide en ligne deroxat

Aide aux sevrage effexor

WELCOME TO THE SSRI WITHDRAWAL SUPPORT * FORUM de DISCUSSION*